• Hot Stuff
  • Phunk Classics
  • All Records
My Phunkster

Bookmark and Share Matthew Herbert One Pig Accidental Album
CD
11/10/2011

+
TRACKLISTING :
01August 2009
02September
03October
04November
05December
06January
07February
08August 2010
09May 2011

Le musicien et producteur londonien Matthew Herbert, reconnu depuis plus de 15 ans pour ses multiples explorations entre musique de club, jazz et pop déviante autour de sons concrets, présente dans son album-concept “One Pig”, la vie d'un cochon d’élevage de la naissance à l'assiette.

Matthew Herbert présentera son projet "One Pig" dans une performance live exceptionnelle au Palais de Tokyo le vendredi 13 avril 2012.

L'album, composé entièrement d'enregistrements sonores captés durant les différentes étapes de la vie du cochon, vise à faire découvrir sans pudeur la singularité de l'existence d'un animal de ferme semi-industrielle, noyé dans l'anonymat de la chaîne alimentaire.

Les 9 titres de l’album s’enchaînent en évolution chronologique, en incluant le passage dans l’au-delà sur les deux derniers titres.

Matthew Herbert réalise ici une biographie sonore engagée et politique, et clôt ainsi sa trilogie conceptuelle construite autour de trois objets uniques de captation sonore : le premier volet "One One" était composé uniquement de sons émis par l’artiste lui même, alors que le second opus "One Club" était composé d'enregistrements captés lors d'une nuit dans un club allemand.

"One Pig" est donc l’ultime pierre de l’édifice, et a généré un fort intérêt médiatique et de nombreuses controverses.
La PETA (équivalent anglo-saxon de la SPA) a fermement condamné le projet, sans prendre réellement en considération les vraies intentions et méthodes de Matthew Herbert.

En effet, il n’y a sur ce projet de manière délibérée aucune interférence dans le cycle de vie de l’animal, ni ironie, ni cajolerie, ni sermon, pour la pure et simple raison que l’artiste visait une captation des sons dans des conditions non modifiées ni altérées.

Le musicien n’appelle pas ici au végétarisme, mais préconise plutôt une diminution de la consommation de viande ainsi que de meilleures conditions d’élevage.
Il apprécie cependant l’idée que la musique ait encore le pouvoir de bousculer les préjugés et de soulever des controverses. Et ce particulièrement dans une époque où la musique apparaît comme étant surtout au service de la consommation de masse et participant a entretenir le statu quo.


Voter !