• Hot Stuff
  • Phunk Classics
  • All Records
My Phunkster

Bookmark and Share Oumou Sangaré Mogoya Nø Førmat Album
CD
19/05/2017

+
TRACKLISTING :
1 Bena Bena
2Yere Faga (feat. Tony Allen)
3Fadjamou
4Mali Niale
5Kamelemba
6Djoukourou
7Kounkoun
8Minata Waraba
9Mogoya

Elle est la plus grande chanteuse africaine vivante. Ses disques comptent parmi les plus décisifs du genre. Elle a fait plusieurs fois le tour du monde, conquis tous les publics, chanté à Central Park, sur la scène de l’Opéra de Sidney, du Queen Elisabeth Hall de Londres, du Hollywood Bowl, invitée par Tracy Chapman, ou du Budokan de Tokyo. Tout en menant une carrière de chef d’entreprise aux activités touchant à des domaines aussi divers que l’hôtellerie, le commerce d’automobile ou l’agriculture. Immergée sous tant d’occupations, où diable a-t-elle bien pu trouver du temps à consacrer à la musique? « Mais la musique est en moi », se défend cette femme inépuisable, à la générosité sans borne, à la détermination inflexible, au port de tête digne d’une Reine nubienne. « Sans elle, je ne suis rien et rien ne peut me l’enlever ! » Preuve irréfutable qu’elle n’a effectivement rien perdu de ses talent de musicienne, Mogoya, son premier album depuis 2009, marque son grand retour à la chanson. Certaines chansons parlent de ce qu’elle connaît le mieux, à savoir les rapports humains (Mogoya peut se traduire par « les relations humaines aujourd’hui »). Se dressant avec fougue contre les abus de la tradition patriarcale africaine, qui autorise la polygamie, encourage les mariages forcés impliquant de très jeunes filles et justifie la pratique de l’excision, Oumou devient l’égérie d’une cause féministe qui n’a encore aucune assise véritable dans cette partie du monde. Cet album équivaut au parachèvement d’une conquête, celui d’un équilibre personnel pour cette battante qui donne l’exemple après s’être tracé une voie royale en dépit des préjugés et des obstacles rencontrés. Un équilibre qui est aussi d’ordre musical avec la production de cet album décidément pas comme les autres. Enregistré entre Stockholm et Paris, avec la participation du légendaire batteur Tony Allen, et la contribution du collectif français Albert qui y ont ajouté leur french touch, réalisant l’imbrication parfaite entre instruments traditionnels africains - kamele n’goni, karignan, percussions...- et corpus guitare, basse, batterie, claviers. On remarquera ainsi la chaleur qu’apportent des instruments vintages tels que les claviers Rhodes et Prophet 5 ainsi que le Solina String Ensemble, responsable de ces nappes très seyantes habillant certains morceaux.


Voter !