• Hot Stuff
  • Phunk Classics
  • All Records
My Phunkster

Bookmark and Share Krikor & The Dead Hillbillies Land Of Truth Tigersushi Album
CD
Discograph
02/06/2009
FR

+
TRACKLISTING :
01The Times (ft. Chloé Battant) Listen !
02Serpico’s Wallet Listen !
03God Will Break It All (ft. Nicolas Ker) Listen !
04Wanton Boy Listen !
05The Mist Listen !
06Crackboy Listen !
07Devil In Disguise Listen !
08Dogs On Trial (ft. Nicolas Ker) Listen !
09Everything Fades (ft. DJ Chloé) Listen !
10Discipline (Paris) Listen !
11The Edge Listen !

Krikor compose une musique hybride, synthèse personnelle de ses obsessions musicales : le groove lourd et les vieilles boites à rythmes de la House de Chicago, l’abstraction de la techno minimale, l’énergie et l’urgence du Rock(abilly), la dureté mécanique de l’Indus, le romantisme noir des anti-héros Folk américains des années 60, l’esprit d’expérimentation des chercheurs du GRM (Pierre Schaeffer, Pierre Henry..)



07 Oct : Panik fait son Antisocial @ Paris
09 Oct : Joakim Release Party @ Nouveau Casino
13 Nov : Mac Daids @ Havre
14 Nov: Black Horse @ Havre



Son premier album «Land Of Truth», sort après plus de 10 ans d’activité musicale. Un disque intime et ambitieux, tour à tour rugueux et caressant, qui marie compositions pop et paysages sonores mélancoliques. Au final un recueil de chansons cinémascope avec les voix de Krikor lui même mais aussi Nicolas Ker (Poni Hoax) sur «God Will Break It All» et «Dogs On Trial» et les 2 Chloé, notre djette favorite en duo avec Krikor sur «Everything Fades» et la rockeuse (chanteuse de Battant) sur «The Times».

Krikor sort enfin de sa caravane plantée au milieu du désert pour délivrer quelques paires de claques électroniques bien senties et noyer sa mélancolie de desperado sous des vagues de fréquences riches et corsées.

Tueur à gages sous mescaline lâché aux trousses de la pop music (Prince ou Brian Wilson en sont réduits à se terrer dans les bois), il traverse à toute blinde 40 ans de gros son, de guitares en boîtes à rythmes, laissant des marques aussi profondes qu’une estafilade au coupe-chou.

Puissante, dense et cinématographique, sa musique piétine toutes les étiquettes et déroule dans les oreilles de l’autostoppeur fébrile shoegaze et électro oldschool, rockabilly et punk-funk, electronica et pop, house et ambient, dans une ambiance poisseuse comme le comptoir d’un dive bar, épaisse comme le smog qui étouffe Mexico City.

Il y a comme un fumet d’enfer dans la connaissance intime que Krikor a des machines (toutes les machines) et des guitares : n’aurait-il pas signé un pacte avec le diable, comme Robert Johnson avant lui, le paysan qui se damna en échange des secrets du blues ?

Alors bien sûr, les naïfs mettront ça sur le compte de ses années au conservatoire, ou au Bass Institute, ou à sa formation d’ingénieur du son… Écoutez-le se faire Ghost Rider post-minimal et jugez par vous-même : un démon hurlant accroché à sa nuque, lui soufflant à l’oreille les secrets de l’opus magnum, subtile combinaison de beats défigurés et de nappes laiteuses comme des couches et des couches de dentelles, de lamentations de guitares et de basses séminales, de Space Echo extraterrestres, de synthés grinçants et de pianos cristallins…

Krikor est un dandy, un hobo à la distinction sauvage, exactement comme sa musique.







Telecharger la bio complete
30 kb


Voter !

Trouver Ce Disque

iTunesDigital