• Hot Stuff
  • Phunk Classics
  • All Records
My Phunkster

Bookmark and Share Dizzee Rascal Tongue'n'Cheek Sound of Barclay Album
CD/Digital
Universal
21/09/2009

+
TRACKLISTING :
01France Culture
02L'Origine du Monde
03Imbécile Heureux
04Reproductions
05Mémé 68
06Je vais au cinéma
07Ne sois pas trop exigeant
08My Space Oddity
09Risotto aux courgettes
10Pépé 44
11Si on se dit pas tout

Comme entrée, un petite amuse-bouche ; qu'est-ce qui nous attend dans le nouvel album de Dizzee Rascal ?


22 Nov : Le Bataclan @ Paris




“Il s'appelle Tongue ‘n’ Cheek” parce que c'est naughty but nice (espiègle mais bon) » nous explique ce jeune homme de 24 ans originaire de l'Est de Londres, récemment consacré premier artiste solo anglais à classer deux singles de suite (« Bonkers » et « Holiday ») n° 1 avec son propre label indépendant. « C'est un album pop, mais au spectre musical plutôt large ; B-More, grime, hip-hop, reggae, house... Il s’y passe des choses assez osées, jusque dans les paroles. Même si on m'adore en ce moment, quelques parents vont être plutôt furieux ! »

« J'écoutais Doggystyle de Snoop Dog et je me suis dit : 'c'est le genre de chose que je devrais faire moi-même'. Pas exactement le même album bien sûr, mais avec la même ambiance optimiste, positive. Les gens ont besoin qu'on leur remonte le moral en ce moment, et je voulais faire un album festif, pour que tout le monde puisse s’éclater. J'avais déjà tenté cette démarche avec Maths + English, mais il y a certaines chansons qui faisaient retomber l'énergie sur ce disque. Avec ce nouvel album il y quelque moments sérieux, mais tu peux l'écouter de bout en bout sans perdre ton enthousiasme ».

Déjà, le 2ème album de Dizzee Rascal, Showtime, était à la fois plus dur et sautillant que le claustrophobe premier opus Boy In Da Corner, Mercury Prize 2003. De la même façon, ce nouveau disque Tongue in Cheek s'est construit par dessus des fondations encore plus diverses que son prédécesseur. Mais si certains morceaux aux influences pop / r&b de Maths + English n'étaient que de l’expérimentation (réussie), Tongue ‘n’ Cheek permet à Dizzee de revisiter ce territoire avec une confiance accrue et une conviction absolue. « Je m'améliore dans ce que je fais, tout simplement, » explique-t-il, « j’évolue en essayant des choses différentes, afin de comprendre ce qui marche et ce qui ne marche pas. »

Alliant à la fois soul estivale (Chillin’ Wiv Da Man…) et disco-house grand public (Holiday), le quatrième album de Dizzee Rascal semble montrer l'étendue quasi-infinie de ses talents, confirmés par des morceaux volontairement légers, hédonistes voir irresponsables (Road Rage) ou interdit aux mineurs (Freaky Freaky)... qui n'auraient pas le sens de l'humour. Après une première percée l'année dernière avec le single isolé Dance with me, co-produit avec Calvin Harris, Tongue ‘n’ Cheek devrait exploser les charts britanniques dés sa sortie.

Après une tournée en première partie de Prodigy (« ils sont la rave incarnée ; j'espère avoir la même pêche qu’eux dans vingt ans. Ou sinon, je serai dans mon fauteuil à regarder la TV en jouant du violoncelle. ») Monsieur Rascal (comme on l'appelle parfois en interview) est enfin prêt à repartir sur la route pour son propre compte, mais avec une ribambelle de tubes de destruction massive sous le bras, dont l’hymne « Bonkers ». « Armand me l'a envoyé par mail en disant simplement 'Voici un truc qui pourrait te plaire'. » “Voilà comment l'instru de Van Helden a subi une mise à jour «Razzcaliene» pour devenir l'hymne de l'été. « J'étais en tournée aux Etats-Unis et dès que je l'ai entendu j'ai pensé à Ibiza, ces tubes euphoriques des années 90s. Je savais qu'il ne fallait pas trop ajouter d’éléments, et les paroles me sont venues en nageant dans la piscine d’un hôtel de Denver, Colorado. Elle racontent ce que l'on ressent quand on est en tournée et l'importance de trouver un équilibre entre la détente et la dérive. J’ai fini par rencontrer Armand un mois plus tard. Il a un appartement gigantesque à New York avec un studio et une collection de clip vidéos à faire pâlir MTV. Il m'a montré le clip de 'Egyptian Lover' que je n'avais jamais vu auparavant et c'était génial. »

Le buzz autour du clip de Bonkers s'est répandu plus vite qu'une nouvelle grippe, et le single est immédiatement devenu le morceau le plus vendu et téléchargé, avec plus de cent mille exemplaires écoulés en une semaine. Mais ce n'était que le début. Aidé par ce succès, le concert de Dizzee au festival de Glastonbury a fait chanté près de 60000 personnes à tue-tête. Une semaine plus tard au festival Wireless à Hyde Park, Dizzee est monté sur la scène principale après le pionnier du rap Afrika Bambaataa.

C'est un long chemin parcouru, des raves garage underground d'il y a 10 ans aux grands festivals aujourd'hui, mais c'est un voyage que Dizzee Rascal a pu faire en explorant toutes les possibilités et sans compromettre ses principes fondamentaux. « J'aime bien être une pop star en ce moment, surtout en sachant que j'ai tout fait comme je le voulais. Mais une chanson comme 'Holiday' est quand même un pari risqué, parce que je sais qu'elle va changer la manière dont les gens me perçoivent actuellement. C'est une bonne chose, parce ça veut dire que je peux vraiment faire ce que je veux ».






Bio Complete
30 kb


Voter !

Trouver Ce Disque

iTunesDigital