• Hot Stuff
  • Phunk Classics
  • All Records
My Phunkster

Bookmark and Share Miles Kane Colour Of The Trap Columbia Album
CD/Digital
Sony - BMG
09/05/2011

+

A l’âge de 18 ans, Miles Kane était déjà membre de The Little Flames. En 2007, des cendres de ce groupe il fait naître The Rascals. Il rencontre Alex Turner pour la première fois quand The Rascals assure la première partie du groupe de Sheffield la même année. Il passe presque tout 2008 à jouer et tourner avec le leader d’Arctic Monkeys en tant que The Last Shadow Puppets, pour soutenir leur album, “The Age Of The Understatement”, nominé pour le prix Mercury.

Après les sessions Konk exploratoires, Kane s’enferme avec le producteur à Streatham, dans le sud de Londres, pendant quatre semaines. Il a ensuite mis le cap sur San Francisco direction le studio de Dan The Automator. L’homme qui avait travaillé avec Gorillaz et Kasabian l’a aidé avec la production sur le R&B/funk leste et délié des Sixties de Come Closer, le titre contagieux et explosif Rearrange, le groove psychédélique de “Counting Down The Days”et l’ultra-pop bondissant de “Quicksand”.

“Better Left Invisible” ouvre sur une amorce directe et résolue du riff de Cold Turkey. Miles Kane est trop honnête pour faire comme tous les arrivistes amateurs de Beatles et tenter une reproduction pâle et sournoise de l’or des Fab Four. Son enthousiasme est franc et courageux. Notamment parce qu’il a les qualités d’écriture qui lui permettent de prendre l’un des riffs les plus connus de tous les temps et de composer une chanson toute nouvelle sur ces fondements, Alex Turner ayant participé lui aussi à l’écriture de l’album. Ne passe pas aussi inaperçu la contribution de Noel Gallagher sur les harmonies de “My Fantasy”, un clin d’œil moderne exaltant à T-Rex, qui a été enregistrée à Londres en septembre dernier. Cela est arrivé après que l’aîné de Manchester avait demandé à Kane de jouer sur son premier album post-Oasis. “The Colour of the Trap” est une des premières chansons écrites pour l’album. “La mélodie avait un côté un peu Spanish Harlem de Ben E. King, mais je ne voulais pas qu’elle soit trop cliché et rapide. Et comme j’étais sur ce vibe Lennon, nous l’avons faite comme Mother, vraiment lentement. Et l’idée de ‘colour of the trap’(la couleur du piège) – je ne me rappelle même pas d’où est venue cette phrase mais vous pouvez imaginer ce que vous voulez avec”. Ensuite, il y a “Rearrange”, un classique instantané à claquer des doigts avec des effets de guitare dont Joe Meek serait fier - une référence que Kane accepte volontiers. “Un de mes amis a effectivement dit que c’était comme le Telstar moderne, à sa façon”. Puis vient “Come Closer”, “un peu sexy, douteux, guitare cool, bon chant, qui l’a aussi. Et entraînant.” Sur “Happenstance” (rom-pop psychédélique, voilé) Kane réfléchissait également à recréer l’ambiance saisie par Serge Gainsbourg et Brigitte Bardot dans leurs collaborations musicales des années 60 avec une autre invité : l’actrice française Clémence Poésy“Inhaler”, typique de Kane, ou il n’hésite pas à prend les idées et le feeling de la musique qu’il aime, pour en faire quelque chose de nouveau, de frais, de personnel et de joyeux.

“Cet album, c’est moi. Il parle de moi, je l’ai écrit sur moi. Il y a mes influences préférés et ce que j’aime sur le disque. C’est vraiment ça. Et finalement, j’ai travaillé dur pour en arriver là. C’est moi, mon cœur et mon âme. Le voyage a été long. Quand tu es gamin, tu sais, tu rêves d’avoir l’opportunité de faire un disque tout seul. Là, j’ai pu le faire. J’ai beaucoup de chance et j’en suis conscient.” Miles Kane


Bio
30 kb


Voter !